64 Quartier Nejmet El janoub 3, EL Jadida
  0523 37 20 38
  alikader6@mail.ru

Arthrose du genou

 L’arthrose du genou est la plus invalidante et la plus fréquente affection. Il faudrait savoir, qu’une articulation saine se trouve dans un équilibre biomécanique, qui peut à tous moment disparaitre, l’une des maladies qui détruisent cet équilibre est l’ARTHROSE. Alors qu’es-ce que c’est? Une détérioration du cartilage avec perte de sa fonction (amortissement des chocs, facilité du glissement, stabilisation de l’articulation ...). Il faudrait comprendre, que c’est toute l’articulation qui est atteinte. Effectivement, cette affection cause aussi des dysfonctions musculaires avec ténosynovites et amyotrophie, une synovite réactionnelle avec épanchement articulaire, une distension ligamentaire causant une instabilité, une raideur articulaire en flexion, aggravant les sollicitations sur les surfaces articulaires. La liste des conséquences est malheureusement très longue ! Ces complications emportent l’articulation atteinte dans un cercle vicieux.  

   Que peut-on faire si cette maladie s’attaque à nous ? D’abord, après avoir compris qu’il s’agit bien de l’arthrose et non d’une autre maladie, il faudrait ralentir la destruction du cartilage : En perdant du poids, en donnant à l’articulation un temps de repos suffisant pour que le cartilage régénère, il faudrait prendre éventuellement un traitement à base de chondroprotecteurs. Cela est-il suffisant ? Ces procédés sont dans la majorité des cas inefficaces, surtout si vous commencez trop tard et c’est le cas souvent. Un traitement anti inflammatoire et une physiothérapie est efficace. La plus fréquente de ces affections, qui accompagne l’arthrose, est la ténosynovite (une inflammation du tendon et sa gaine), nécessitant un traitement par infiltration aux corticoïdes suivie d’une rééducation. Mais le plus important est de freiner la destruction cartilagineuse. Cela est possible grâce à des injections de Plasma riche en plaquettes (PRP). Les mécanismes principaux sont la régénération du cartilage, stabilisation du cartilage instable et l’apport de viscosupplémentation à l’articulation. Enfin, si toutes ces méthodes ne donnent pas un effet satisfaisant, le recours à un changement prothétique est inévitable, mais donne de très bons résultats fonctionnelles.